WCLIB

toilettes écosystémiques à énergie positive

 

L’occasion de réinventer les toilettes publiques a été saisie pour élaborer une réflexion au delà de l’objet. En commençant par prendre en compte les flux urbains de matière et d’énergie, la recherche a abouti à créer un écosystème artificiel.

Grâce aux excréments et à un apport complémentaire de déchets ménagers, il s’agit de produire du biogaz par méthanisation puis de le transformer en électricité afin d’alimenter le WC et des services attenants comme une borne de vélos en libre service. L’eau de pluie et les eaux vannes excédentaires sont aussi récupérées et utilisées.
Prenant la forme d’une maison posée sur une place de parking, cet équipement accueille un arbre, un patio, une fontaine et deux pièces d’aisance éclairées zénithalement à travers les réservoirs d’eau. Cette organisation matérielle claire  (le WC public = la maison + la machine) permet une maintenance technique facilitée (démontage, réparation, remplacement) et induit une esthétique contrastée « maison versus machine » dans laquelle la méthanisation :
– valorise la matière organique (engrais) et de l’énergie (électricité urbaine) ;
– diminue la quantité de déchets organiques à traiter par d’autres filières ;
– diminue les émissions de gaz à effet de serre par substitution à l’usage d’énergies fossiles.